Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 23:38

COMPLOT VIEUXAprès avoir fini l'examen des arguments principaux de droite et de gauche, passons aux propositions.

 

La ligne générale

             Pour rassurer les lecteurs auxquels le précédent article aurait pu faire croire que je me prononçais contre toute tentative d’augmenter les prélèvements pour financer les retraites, je m’inscris bien pour une hausse de la part du PIB consacrée aux pensions. Je privilégie donc la hausse des cotisations et non leur durée (le report de l’âge de départ en gros) afin de maintenir le taux de remplacement du salaire. Je propose donc de faire passer la part des retraites de 12.5% du PIB à 16.5% (chiffre théorique qui pourra être rabaissé, nous le verrons dans la suite du texte). Pourquoi ?

             D’une part pour aller plus loin que le simple maintient du système de retraites actuel mais ré-entamer les contre-réformes passées depuis 1993, par exemple en revenant sur la règle des 25 meilleures années pour déterminer le salaire de référence. Cependant, on ne sera pas aux 18.5% du PIB qui auraient permis de revenir aux 37.5 annuités pour tous. Donc j’admets, sur le fond, une élévation de l’âge du départ en retraite vers les 40 annuités. Je préfère l’annoncer tel quel. Car, même en prenant la totalité des revenus du capital, et même si, comme le font  Filoche et Chavigné (1), on conteste la rapidité de la hausse de l’espérance de vie (0.11 année de vie gagnée par an, au lieu du chiffre de 0.25 couramment avancé), et bien on ira quand même vers une progression continue du nombre de retraités par actifs, et donc il faudra bien envisager régulièrement de travailler plus longtemps. Le principal enjeu face à la droite n’est donc pas de refuser à tout jamais de repousser l’âge de la retraite, mais de se battre sur combien d’années, à partir de quand et pour quelle pension.

             D’autre part, parce qu’avec 16.5% du PIB, on pourra taxer les retraites pour financer la hausse des dépenses publiques de santé. J’avais précisé dans le deuxième des onze articles que ces dépenses étaient à 11% du PIB aujourd’hui, dont 9% sont prises en charge par la Sécurité Sociale. Mais ces taux augmentent, plus vite que le PIB, et l’on pourrait s’attendre à ce que, d’ici 2050, on soit à 14% du PIB consacré à la santé, dont trois quarts ou quatre cinquièmes seraient publics. Soit une hausse de 9% à 11% des dépenses publiques de santé. Les retraités sont eux-mêmes les principaux bénéficiaires de cette hausse. Utiliser la fiscalité (comme la CSG, qui couvre les retraites dans son assiette) pour ponctionner les retraites ne me semble pas immoral. Surtout en tenant compte de ce que tous les retraités ne sont pas pauvres, et qu’ils n’ont généralement pas d’enfants à charge contrairement aux actifs. Sur 16.5% du PIB alloué aux retraites, 1.5% pourrait aller couvrir la hausse du financement public des soins.

             Donc, même en faisant se chevaucher les sujets de la santé et des retraite, il nous reste 4% du revenu national à mobiliser pour les retraites.

             Je vais proposer plusieurs modifications du mode de prélèvement et de prestations, avant de détailler ensuite les sources de prélèvements.

(1)   (1) http://blog.exigences-citoyennes-retraites.net/?p=11

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DiadoreCronos - dans Economie
commenter cet article

commentaires