Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 22:01

 

Panne d'articles en ce moment: charges professionnelles, congrès du MJCF en préparation (et je n'ai pas publié mes amendements, ce serait répétitif à force)... et surtout alors que les sujets actuels demanderaient un temps que je n'ai pas. Réformes des retraites chez nous, réforme des assurances santé aux USA (en attendant une nouvelle réforme salvatrice et ultime de l'assurance-maladie en France), abandon de la taxe carbone...


La Wéunion sé plu a nou zot (1)



Sinon, j'aurais voulu signaler, suite au second tour des régionales, la perte de la seule région de France administrée par un parti communiste. Mais réunionnais celui-là (2). Le Parti Communiste Réunionnais de Paul Vergès, 85 ans, a en effet perdu le conseil régional par 37% des suffrages exprimés, contre 45% à l'UMP, alors qu'une liste PS se maintenait au second tour avec 17% des voix. J'avais en premier lieu pensé à une réédition des scénarii où le PS a secondé la chute des élus PCF, pour ensuite récupérer les sièges aux dépens de la droite à la prochaine échéance.

 

La situation réunionnaise me faisait initialement penser à celle de Colombes où, en 2001, le maire communiste, Dominique Frelaut, après 36 années de mandat, fut finalement battu par la droite, avant que le PS ne gagne la ville avec le PCF en minorité en 2008. A Colombes comme à Saint-Denis de la Réunion, l'âge du candidat et l'incapacité du parti (communiste) à organiser sa succession furent fatals.

Mais, après quelques lectures, il m'est apparu de profondes différences entre les deux contextes. Une gestion assez "familiale" du PCR par Vergès, des alliances avec des  candidats de droite, un cafouillage inextricable au sujet des alliances avec la liste PS entre les deux tours (alors qu'à Colombes socialistes et communistes marchent depuis longtemps ensemble, pour le meilleur et de plus en plus pour le pire...)... Je vous propose davantage de précisions avec les articles suivants:

http://www.temoignages.re/comment-la-federation-du-parti,42398.html
(Témoignages est la revue du Parti Communiste Réunionnais)

http://www.zinfos974.com/Pour-le-PS,-l-affaire-TAK-a-fait-perdre-la-gauche_a16226.html
http://www.zinfos974.com/Paul-Verges-a-reconnu-que-son-travail-l-a-eloigne-de-sa-base_a16200.html
http://www.zinfos974.com/Andre-Thien-Ah-Koon-11eme-sur-la-liste-de-l-Alliance_a15855.html
http://www.lemonde.fr/elections-regionales/article/2010/03/22/a-la-reunion-l-ere-paul-verges-prend-fin_1322360_1293905.html
http://www.zinfos974.com/Il-y-a-63-ans,-en-mai-1946,-Paul-Verges_a3046.html

Sur Paul Vergès lui-même :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Verg%C3%A8s
http://www.lexpress.fr/region//paul-verges-au-scanner_852392.html

 

Les refons quittent le navire

 

Changeons de sujet, et remarquons qu’aujourd’hui le PCF a encore perdu des membres. Après quelques milliers d’électeurs (merci le Front de Gauche), après Jean Ferrat…

vient le tour de…

(suspense)

Patrick Braouezec.

 

Et vous devinerez pas la meilleure ?

 

Il se casse pas tout seul.

 

Bon d’accord, il n’emmène pas Gayssot avec lui, et encore moins Marie-Georges ni Pierre Laurent. Mais à sa suite, se cassent : Roger Martelli, Jacqueline Fraysse, Lucien Sève, Patrick Jarry…

 

Mais qui sont donc tous ces gens ?

 

Des refondateurs, ou encore des « refons ». Des gens qui étaient membres du PCF tout en pensant que le Parti est mort et qu’il faut se reconvertir dans une mélasse de gauche-citoyenne-sociale-écologique-bisounoursienne. Que l’histoire du PCF est insurmontable, qu’on n’arrivera pas à expier le passé soviétique. Mais ce sont surtout des gens qui n’ont plus d’idées communistes, pour qui l’abolition de la propriété privée du capital productif n’est qu’une vieillerie. S’ils ne pensaient pas ainsi, ils sauraient que l’abandon du terme « communiste » dans le nom du Parti – abandon qu’ils préconisent – ne changerait rien au fait que nos idées et nos projets sont communistes. Mais, dans la réalité, ils ne sont plus du tout communistes, juste vaguement sociaux-démocrates, et ils pensent qu’il suffit de deux-trois discours bourrés des mots « citoyen », « durable », « démocratique », « progrès », « ensemble », « écologique », « émancipation » pour avoir une ligne politique vraiment nouvelle et créatrice. Ils pensent aussi qu'il suffit de se pinturlurer en vert et de crier sur tous les toits que l'on est "nouveau" pour l'être.

 

Ces « camarades » n’ont pas hésité à créer leur machin, la FASE, « fédération pour une alternative Sociale et Ecologique » (un nom plus creux tu meurs), le jour même où s’ouvrait le 34ème Congrès du Parti. Bien sûr, ce n’était pas pour diviser mais rassembler, ça va de soi…

 

En Décembre 2007 et Décembre 2008, ils n’ont pu faire aboutir leurs projets de débaptiser ou liquider directement le Parti, et cela a été largement commenté sur le blog.

 

Braouezec est député de Seine-Saint-Denis. Il a soutenu la campagne de José Grobof en 2007. Généralement méprisé dans le Parti, le garçon ne s’en est pas moins ému quand la tête de liste francilienne aux régionales lui a été refusée (et puis quoi encore ?).

 

Il a claqué la porte en signant ceci dans le Monde. Et on peut lire dans les commentaires de l’article que son geste ne lui a pas apporté la sympathie des anticommunistes, loin de là. Ce qui devrait servir d’exemple à plus d’un : renoncer au communisme, ou même simplement renoncer au PCF, c’est à la fois perdre la puissance d’une structure (si, si, un million de voix c’est pas rien) tout en ne gagnant rien en crédibilité, puisque l’on devient un ex-communiste (donc toujours un sale coco pour les anticommunistes, et une raclure de traître pour les communistes).

 

Roger Martelli est un historien du Parti, et a rédigé ici une « analyse » dans le genre qu’il nous pond depuis chaque élection : le PCF ne fait que régresser, il faut abattre la bête. Il cite ici le nombre de sièges de conseillers régionaux perdus par le PCF. C’est tout à fait vrai, nos sièges ont fondu comme neige au soleil. Mais l’essentiel n’est pas tant le nombre de sièges que le nombre de voix. Le soutien populaire à un parti peut même se trouver renforcé si celui-ci refuse de se vendre pour quelques sièges. Pour ce qui est des voix, on a vu dans le précédent article que ce n’était pas terrible, mais pas comparable à une chute de moitié en ce qui concerne le nombre de sièges.


            Lucien Sève est philosophe.
 

Jacqueline Fraysse est députée.


            Patrick Jarry est maire de Nanterre, officiellement encarté, mais depuis longtemps en distance avec le Parti, et investi dans des structures parallèles aux noms et idées vagues, comme Alternative Citoyenne.

 

            Le PCF a donc perdu deux députations et une grande ville. Nanterre n'est plus la Rouge.

 

             Mais ce n’est pas très grave en soi.


            Il y a un côté positif à ce départ des refons. Maintenant, la direction du Parti, autour de Pierre Laurent, ne pourra plus jouer, comme au congrès de 2008, à faire croire qu’elle est le rempart du Parti contre la liquidation. Liquidateurs, ils le sont, par l’intermédiaire du Front de Gauche. Et c’est à nous de le faire apparaître.


            Le problème est qu’entre ripostiens, marxistes-léninistes droits dans leurs bottes et les supposés «nationaux-bolchéviques » (3) gérinistes, l’opposition à la liquidation est redevenue divisée comme elle l’était avant 2008…

 


(1) "La Réunion n'est plus à nous" en pseudo-créole DiadoreCronien.


(2) En effet, il n'y a pas de fédération d'Outre-Mer du PCF. Dans un esprit anticolonialiste, nous avons accepté l'existence de partis communistes guadeloupéen, martiniquais, réunionnais... Qui ne sont pas forcément indépendantistes, mais ont le grand avantage d'épargner à nos camarades ultra-marins de devoir prendre leurs consignes depuis Paris et l'avion pour se rendre aux congrès nationaux. C'est écologique en plus.

(3) L’expression, visant notamment André Gérin, est de Stéphane Gatignon, maire de Sevran, passé en 2009 à Europe Ecologie.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DiadoreCronos - dans Gauche radicale - PCF
commenter cet article

commentaires