Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

25 août 2007 6 25 /08 /août /2007 13:00

         Après trois mois s'absence (pendant lesquels le nombre de visiteurs sur le site n'est jamais tombé à zéro à mon grand étonnement), petite mise à jour du blog suite à la mise à jour, il y a quelques semaines, du site.

         Ceux qui auront connu le site depuis quelques mois au mois, et notamment la partie programme, auront remarqué sur la nouvelle version (enfin s'ils partent de la page principale), que les deux programmes proposés ont été inversés.

         Le programme de sortie de l'économie de marché (http://www.pourlecommunisme.com/VII%20Un%20programme%20Communiste%20-%20Programme%20alloc.pdf) est désormais mise en avant par rapport à la collectivisation dans le cadre de l'économie de marché ( http://www.pourlecommunisme.com/VII%20Un%20programme%20Communiste%20-%20Programme%20éco%20marché.pdf).

         Les raisons de ce changement sont multiples:

        - il faudrait, pour que ce programme soit applicable, surtout pour ce qui concerne l'épargne, une très forte majorité électorale (comme celle qu'a Chavez au Venezuela). Ce n'est pas impossible, mais ce n'est pas ainsi que nous commencerons en France.

        -sans être aussi bureaucratique qu'une économie planifiée ni qu'une économie privée farcie de lois comme le rêvent les antilibéraux, ce programme me semble encore trop peu souple, et les moyens possibles pour contrecarrer une fuite des capitaux sont trop incertains;

        -ce programme est encore trop dépendant de la "création de richesses" vue par les partisans de l'économie de marché. Obtenir des dividendes d'entreprises collectivisées, surtout si elles ne sont pas gérées par l'Etat, est possible, mais le risque est toujours au final de ne pas trouver les sommes attendues.

          Alors je fait passer en priorité le programme qui semble a priori plus complexe, mais qui ouvre sur une économie plus souple et libre que tout ce qui existe actuellement, plus juste aussi. J'invite les lecteurs qui ont un peu de temps à le lire.

http://www.pourlecommunisme.com/VII%20Un%20programme%20Communiste%20-%20Programme%20alloc.pdf

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DiadoreCronos - dans Economie
commenter cet article

commentaires

engine 29/03/2011 16:07



Je me pose encore une question.


 


Les salaires sont calculés comme suit si j'ia bien compris :


 


Salaire = (Produit intérieur (revenu national) - dépenses publiques) * facteur place dans la hiérarchie * facteur secteur d'activité * profits de l'entreprise


 


Je ne comprends pas comment on peuit etre sur qu'on sera aps en déficit. Imagine qu'il y ait énormément de personnes dont le produit des deux facteurs soit supérieur à 1. Ainsi les dépenses
salariales sont supérieures au revenu... Le gouvernement doit également controler cet aspect ? N'est-ce pas un peu compliqué ?



DiadoreCronos 29/03/2011 21:25



Bonjour,


votre question est une fois de plus pertinente. Mais même dans le cas que vous évoquez (ratios des entreprises - et non profits - supérieurs à 1 pour la majorité des personnes), on peut calculer
des coefficients de sorte à ce que les sommes des produits de coefficients (métier*secteur*ratio entreprise) de tous les particuliers soient en moyenne égaux à 1. Et donc la valeur
distribuée sera bien égale à (revenu national - dépenses publiques).


Un exemple, prenons six personnes :










Nom


Métier


Secteur


Ratios de leur entreprise




Jean


entrepreneur


industrie


2




Jacques


ingénieur


industrie


2




Léon


ouvrier


industrie


0,5




Michel


entrepreneur


services


0,5




Luc


ouvrier


services


2




Jo


inactif


inactif


1





Coefficients: entrepreneur (m1), ingénieur (m2), ouvrier (m3), inactif (m4), industrie (s1), services (s2), inactif (s3)


Les produits de coefficients sont:


Jean m1 * s1 * 2


Jacques m2 * s1 * 2


Léon m3 * s1 * 0.5


Michel m1 * s2 * 0.5


Luc m3 * s2 * 2


Jo m4 * s3 * 1


Il y a 6 personnes, et donc cette condition doit être respectée :


m1*s1*2 + m2*s1*2 + m3*s1*0,5 +m 1*s2*0,5 + m3*s2*2+ m4*s3*1 = 6


Vu qu'il y a 7 inconnues et une équation, de très nombreuses solutions sont possibles.


Un exemple :


m1 = 1.25 ; m2=1 ; m3 = 0.75 ; m4 = 0.25 ; s1 = 0.77 ; s2 = 1 ; s3 = 0.5


 


Calcule m1*s1*2 + m2*s1*2 + m3*s1*0,5 +m 1*s2*0,5 + m3*s2*2+ m4*s3*1


et tu as 6, donc chacun des produits vaut 1 en moyenne.


Mais la question la plus intéressante est : comment peut-on avoir la connaissance de ces chiffres? En effet, pour le secteur comme le métier ou plus encore le ratio de l'entreprise, il y a
incertitude si l'on se base sur l'année en cours. Que faire si la personne change de métier, de secteur? Et comment peut-on prévoir le ratio de l'entreprise? Impossible ... sauf si l'on se base
sur les valeurs de l'année précédente : on attribue à chaque personne les coefficients correspondant au métier qu'elle a occupé le plus longtemps l'année passée, celui du secteur ou elle a le
plus longtemps été, celui du ratio de l'entreprise ou elle a le plus longtemps été (ou on fait des moyennes pondérées si la personne a été dans plusieurs entreprises mais la c'est se casser le
cul pour pas grand-chose).


Les vidéos sont forcément trop courtes pour répondre à toutes les questions. Plus de détails sont contenus dans le livre que j'ai écrit, présenté sur www.pourlecommunisme.com . Je suis en train de le mettre à jour, notamment sur ces questions économiques.



engine 26/03/2011 20:51



Pour ce qui est des créateurs d'entreprises et innovateurs, ils n'auront pas nécessairement intérêt à partir, dans la mesure où la création d'entreprises sera plus aisée en France que dans les
autres pays restés sous un système d'économie de marché capitaliste. S'ils partent à l'étranger, ils auront moins de chances de pouvoir obtenir un financement pour créer leur entreprise qu'en
restant en France. Cependant, il est en effet possible que certains qui seraient assurés d'obtenir un financement à l'étranger partent, pour pouvoir espérer obtenir une meilleure rémunération que
celle qui leur serait versée par l'Etat en France (ce qui permet de répondre à une autre question : c'est l'Etat qui verse tous les salaires, y compris ceux des chefs d'entreprises, qui
perçoivent bien entendu davantage que leurs employés sans quoi personne ne prendrait la peine de créer des entreprises).


 


Voilà l'avis d'un membre de socialisme&souveraineté...



DiadoreCronos 28/03/2011 10:11



Bonjour,


en effet, vu le niveau relativement faible d'inégalités sociales qu'on pourra attendre dans la société que je décris, il se peut que certains entrepreneurs préfèrent émigrer vers un pays
capitaliste. La différence avec la situation actuelle de la France serait qu'il y aurait beaucoup plus d'entrepreneurs, avec davantage d'espoirs de durer dans leur activité, qui pourraient les
remplacer.


D'ailleurs, il serait vain de penser que l'on n'entreprend que dans l'espoir de finir millionaire. Beaucoup d'entrepreneurs, sur les 2,5 millions d'entreprises que compte la France, et qui
travaillent souvent seuls ou avec moins de 5 salariés, ont des revenus horaires fort moyens, et se doutent qu'ils ne deviendront jamais les rois du pétrole. Avoir un revenu honorable, être son
propre employeur, être créatif et oeuvrer dans le domaine d'activité qui nous plait sont souvent les principales motivations des entrepreneurs.



engine 10/03/2011 20:04



Merci pour vos précisions !


Moi j'aime bien le trme "communisme libéral" ^^


Cependant il y a un défaut je pense, c'est qu'il ne résout pas le libéralisme sauvage entre pays, et vu que les dirigeants sont assez verreux, le phénomène de l'impérialisme va perdurer et les
pays pauvres resteront pauvres, contrairement au communisme traditionnel. Mais bon ça sera pas pire qu'aujourd'hui.


Avez-vous eu reçu certaines critiques sérieuses de professionnels sur ce que vous proposez ? Ca m'intéresse ^^


En tout cas bravo, c'est pas évident d'imaginer tout un système économique !


Vous prévoyez de militer pour le socialisme allocatif ?



DiadoreCronos 14/03/2011 22:10



Bonjour, en effet, ledit système ne peut prétendre supprimer l'impérialisme, mais peut aider à combattre la pauvreté.
Pour les critiques de professionnels, je n'en ai pas encore reçu. Mais je devrais me mettre à en rechercher sous peu.


Pour ce qui est du militantisme, à part les vidéos, je n'ai pas vraiment été actif. Un petit groupe militant, Socialisme & Souveraineté, a repris ce projet (http://www.socialisme-et-souverainete.fr/article-changer-de-systeme-economique-pour-sortir-du-capitalisme-38422511.html).



engine 07/03/2011 16:46



Bonjour?


Je suis désolé si je suis complètement à côté de la plaque, mais je 'nai regardé qu les huit vidéos. Je lirais le texte si vous me confirmez qu'il apporte plus de précisions. J'ai certaines
questions.


 


-Pourquoi tant d'inquiétudes au niveau de la fuite de richesses ? En ce qui concerne les délocalisations, elles ne seront pas posible car la propriété privée sera abolie (surtout que ça reste un
phénomène marginal). L'expropriation peut sembler cpendant pas très morales. Quant à la fuite de capitaux, ya-t-il des moyens de lutte contre les paradis financiers (en gros le reste du monde si
on s'y prend mal lol)


 


- Dans la formule déterminant le salaire des français dans la vidéo, vous parliez du principe que tout le revenu national serait alloué au salaire. Pourtant, bien que les impôts n'aient plus lieu
d'être, il faudra prévoir certains faceturs supplémentaires si une personne est par exemple malade et pas en état de travailler non ? De plus, il faut ôter dans la formule les revenus alloués au
focntions régaliennes + éducation (pour permettre l'égalité totale des chances) hormis les salaires des focntionnaires) non ?


 


- Vous dites que le menace du chômage n'est plus. Mais soit


. On gagne assez en étant au chômage, ce qui fait qu'on peut se passer de travailler, ce qu'il faut éviter au risque de foutre en l'air tout l'économie. Poirtant, vous ditez qu'un gréviste n'aura
pas le problème du revenu, donc on peut vivre décemment en ne travaillant pas ? Un gréviste bénéificiera dun salaire avec dans la formule déterminant ce dit salaire, un facteur déstiné ? Comment
différencier objectivement un gréviste d'un chomeur alors, il y aura des abus non ?


. On ne gagne pas assez en étant chômeur, mais il n'y a plus le problème de chercher du travail sans en trouver. L'etat s'engage à donner un travail au salarié alors ? Les embauches se passent
donc différemment de notre économie capitaliste ?


 


Vous parlez de socialisme allocatif, peut-on en fait parler de "communisme libéral" ?


 


Merci d'avance pour votre réponse



DiadoreCronos 07/03/2011 22:59



La fuite des capitaux, actuellement limitée, peut croitre brutalement : la France en 1982 ou le Venezuela récemment en ont fait l'expérience. Les délocalisations sont effectivement une cause
minoritaire du chômage, mais elles pourraient croître aussi.


Sur la moralité des expropriations, elle me semble réelle dans la mesure où l'exploitation capitaliste elle-même est un vol..:)


Sur la rémunération dans le système "allocatif" (c'est un nom donné au pif, parce qu'il fallait bien nommer le système) :


il y a, comme vous l'avez vu dans les vidéos, plusieurs coefficients dans le revenu: le coefficient du métier, le coefficient du secteur, le coefficient de la performance de l'entreprise. Une
personne qui ne peut travailler aurait des coefficients neutres sur le secteur ou la performance (c'est à dire des coefficients égaux à 1), et un coefficient du métier inférieur à 1, mais
supérieur à 0. Chaque personne aura donc un revenu, mais un travailleur aura toujours plus que quelqu'un qui ne peut travailler ou ne veut travailler.


Le chômage n'existe pas dans cet économie, puisque chacun peut se faire embaucher (les entreprises ne paient pas directement les salariés) ou créer son entreprise. Celui qui peut travailler et ne
travaille pas a un revenu d'inactif, inférieur à celui d'un travailleur (sauf s'il s'agit d'un travailleur dans une entreprise ayant un mauvais résultat - de la même manière qu'actuellement il
vaut mieux être chômeur indemnisé qu'entrepreneur en faillite) à cause du coefficient du métier qui sera inférieur à 1.


Quant à un gréviste, je ne dis pas qu'il n'aurait aucun problème de revenu, puisqu'en faisant grève il casse la performance de son entreprise, donc il aura un faible coefficient de performance
(et donc un revenu faible, même si ses coefficients de métier et de secteur sont supérieurs à 1). Mais sa force vient de ce que le dirigeant de son entreprise n'aura pas l'arme du salaire ni la
menace du chômage pour écraser la grève. En cas de désaccord entre dirigeant et exécutants dans une entreprise qui se traduirait par une grève, les gréviste se mettraient en danger, mais ils
peuvent y avoir intérêt s'ils le font de façon calculée. Le dirigeant, lui, sera rapidement obligé de négocier. De toute façon, soumise à la concurrence, l'entreprise doit être dirigée de façon à
être productive.


Pour ce qui est des fonctionnaires exerçant des activités ne pouvant faire l'objet d'un commerce (police, fisc, armée), et bien ils reçoivent, comme les autres travailleurs, un salaire versé par
l'Etat, avec un coefficient de performance neutre (égal à 1). Leur salaire n'est donc variable qu'en fonction du revenu national, comme pour les inactifs, sauf que les fonctionnaires régaliens
ont des coefficients de métier  et de secteur supérieurs à ceux des inactifs.


Je n'aborde pas vraiment la question des impôts dans les vidéos, mais le fait est que si les prélèvements fiscaux n'existent pas dans ce système, en revanche le poids de l'Etat peut facilement se
mesurer en comparant la masse salariale destinée aux salaires de fonctionnaires et aux consommations publiques et les salaires versés aux inactifs et aux travailleurs des entreprises. Si l'Etat
dépense trop de salaires pour les fonctionnaires, alors soit il réduit les revenus des autres personnes, soit alors il augmente la masse salariale, mais crée de ce fait une inflation qui réduit
le pouvoir d'achat de tous (en tout cas des non-fonctionnaires). De ce fait, il s'expose au mécontentement public (on se base dans le contexte d'une démocratie).


En tout cas, félicitations pour votre esprit critique, remarquable pour une personne de 16 ans.