Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

24 avril 2007 2 24 /04 /avril /2007 00:21

         Au cas où je ne l’aurais pas déjà fait dans ce blog, je voudrais répondre à ceux qui demanderont encore et encore : « mais pourquoi n’y a-t-il pas eu d’alliance antilibérale ? ». Tout simplement parce que la plupart de nos « partenaires »  ne le voulaient pas. Les trotskystes n’ont pas du tout cette conception des élections. Pour eux, les élections ne doivent pas être vues comme un moyen de prendre le pouvoir, mais comme une tribune pour « conscientiser » les travailleurs. En cela, ils suivent les préceptes de Lénine. Mais le contexte de la France en 2007 est très différent de la Russie du début du XXème siècle. La prise du pouvoir par les armes est non seulement non souhaitable mais totalement improbable. Quant à une grève géante pour prendre le pouvoir, on n’a pas d’exemples de gouvernement communiste qui ait pris le pouvoir ainsi, sauf temporairement et localement la Commune de Paris (qui n’était pas communiste).


        Mais de tout cela, les trotskystes se moquent. Lorsque vous demandez à un militant LCR ou LO (si vous arrivez à en rencontrer) comment ils comptent gagner les élections, certains vous répondront que ce n’est qu’une vue de l’esprit. Si vous demandez pourquoi LO et LCR n’ont pas fait une seule candidature, ils vous diront : « parce que nous n’avons pas le même électorat ». Argument idiot : le PS et l’UMP ont des électorats bien plus divers et ne font pas trois candidatures pour autant. Mais si l’on quitte la perspective de gagner les élections pour voir les élections comme une simple tribune, alors effectivement l’argument à un sens : plus de candidatures, c’est plus de temps de parole, plus de tracts, de professions de foi, de médiatisation. Cela peut permettre à un mouvement complètement marginal (la LCR avant 2002) de se faire un nom avec son poulain (Besancenot). Le but ? Je l’ignore en vérité. Sans doute est-ce d’accroître l’autorité de chaque parti trotskyste dans le « mouvement social ». Ou simplement de faire carrière dans la dénonciation du capitalisme sans aucun passage à l’acte.


        Cela explique pourquoi LO a présenté la candidature de Laguiller dès 2006, suivie par la LCR qui choisissait en majorité de soutenir Besancenot, n’acceptant le « rassemblement antilibéral » qui si le PCF renonçait à toute alliance avec le PS (bref, à condition que le PCF devienne une LCR bis…et dire que ces gens se disent anti-impérialistes, et donnent des ordres à leurs « camarades »). Quant au Parti des Travailleurs, c’est simplement une LCR ou LO qui n’a jamais trouvé son ou sa bonne candidate, médiatique et charismatique comme Besancenot ou Laguiller. Alors il tente, sur des créneaux qu’il croit libre, comme le « candidat des maires » Schivardi. Avec le résultat connu.

Quant à Bové, c’était à l’évidence une candidature de punition contre le PCF. Mais j’ai déjà trop écrit dessus.

 

         Il est donc temps que les électeurs de la « gauche de la gauche » comprennent qu’il n’y aura jamais d’unité tant que les trotskystes seront trotskystes, et que la gauche qu’est le PCF n’est pas celle de la LCR. En votant LCR, on croit voter rouge, mais on se retrouve à voter blanc au final.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DiadoreCronos - dans Gauche radicale - PCF
commenter cet article

commentaires

Colas 29/04/2007 03:46

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec ton analyse : selon moi, l'échec de l'unité antilibérale est due à une logique de partis, et à un certain nombre de fiertés personnelles. Dans ce contexte, le PCF n'est ni plus ni moins responsable que les autres.Idem que pour toi, j'ai pensé un moment à voter Royal, puis quand j'ai vu que la gauche avait assez de voix au deuxième tour, j'ai décidé de donner ma voix à quelqu'un d'autre qui correspondait davantage à mes idées, et j'ai choisi, comme tu l'as dit, quelqu'un qui n'avait pas plus de chances de gagner que les autres, mais qui pourrait "punir" les candidats de gauche radicale (lui y compris) de leur divisions.(Le fait de critiquer tant les trotsktystes de le part de quelqu'un qui n'est même pas marxiste est étrange !)Prochains rendez-vous :- le deuxième tour : Sarkozy doit être battu.- les législatvies : il sera bon d'avoir quelques députés !- dans 5 ans. En espérant que la situation aura évoluée.

DiadoreCronos 29/04/2007 13:10

Quelles fiertés personnelles?
Lutte Ouvrière a annoncé la candidature d'Arlette dès Décembre 2005 (et même pas 2006 comme je l'écrivais), avant toute négociation des autres "antilibéraux". La LCR a lancé la candidature de Besancenot dès juin 2006 car d'une part ils savaient que Besancenot ne serait pas le candidat unitaire, d'autre part ils veulent interdire toute alliance avec le PS, sauf si celui-ci rapprochait sa ligne de "l'antilibéralisme" de la LCR (ce qui était impossible).
Quelle perspective restait-il au PCF, qui voulait construire un rassemblement n'excluant pas la gauche du PS, et ouvert aux alliances? Et bien continuer le rassemblement sans la LCR et LO. Et comme nos militants étaient les plus nombreux dans les collectifs, alors les candidats autres que MG Buffet ont dénoncé un trucage. Mais il n'y avait pas de trucage, seulement une absence de militants de leur part.
Alors qu'aurait dû faire le PCF? Capituler devant des candidats "hors-parti", qui avaient peu de supporters, nettement moins que MGB? Céder devant une politique de "LCR bis", à savoir refus des alliances, pourtant constitutives de la démocratie électorale?
Le seul véritable tort du PCF, il est à la base de sa politique: avoir perdu son temps dans ces "rassemblements antilibéraux" alors qu'il aurait fallu construire un mouvement avec la gauche du PS, et laisser tomber les autres.
Ensuite le candidat Bové n'apportait en rien une punition salutaire contre la "logique boutiquière" des partis comme le PCF-LCR, mais aussi une vision de la politique tout à fait centrée sur une personne, et le refus des partis (sauf comme faire-valoir).
Enfin je ne critique pas les trotskystes sous un angle marxiste (et tous les marxistes ne sont pas trotskystes) je ne vois pas ce qu'il y a d'étrange.