Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

2 janvier 2007 2 02 /01 /janvier /2007 21:23

 

J’ai reçu aujourd’hui un texte de l’Union des Révolutionnaires Communistes de France (URCF), condamnant l’exécution de Saddam Hussein.

Le texte dit entre autres :

 

« L’URCF condamne la mise à mort du président irakien Saddam Hussein, par l’administration Bush et ses agents compradores locaux. Ce simulacre de justice illustre la réalité d’une guerre colonialiste conduite pour le seul profit du complexe pétrolier par les impérialismes américains et britanniques.

 »

« Le président Saddam Hussein a refusé de plier devant les diktats des grandes puissances et d’obéir aux intérêts des magnats de l’OPEP. Nationaliste, il fit preuve parfois d’anticommunisme et commit des erreurs préjudiciables à son pays. Nous partageons cependant  l’analyse de Lénine selon laquelle, dans certaines circonstances de la lutte anti-impérialiste, la  cause de la bourgeoisie nationale dans les Etats opprimés s’avère infiniment plus juste en défendant l’intégrité territoriale et la souveraineté du pays que  celle des  dirigeants sociaux-démocrates des pays capitalistes qui conduisent les guerres de conquête comme le travailliste Blair, laquais de Bush pour satisfaire les intérêts boursiers de l’oligarchie financière ou celle de « communistes » (révisionnistes en fait) qui misent sur l’appui des puissances impérialistes pour leur « mission ». »

 

Je précise mes positions :

 

-sur la peine de mort : je suis contre en temps de paix. Mais pour un type comme Saddam, je n’ai pas envie de m’indigner.

 

-sur Saddam Hussein : les « révolutionnaires » de l’URCF ne pourront rien changer au fait que Saddam fut responsable, par sa guerre contre l’Iran, par la répression des kurdes, des chiites, par les centaines de milliers de disparitions sous son régime, d’au moins un voire deux millions de morts (ce dernier chiffre venant du Livre Noir de Saddam Hussein).

 

Il est tout à fait juste de rappeler les complicités occidentales vis-à-vis du régime baasistes, mais ça ne retire rien à la criminalité de celui-ci. L’URCF a donc raison de dire que l’Irak était un pays opprimé, mais par Saddam en premier lieu.

 

-sur la guerre d’Irak : fallait-il donc envahir l’Irak pour mettre fin à ce régime ? Quelle autre solution, disaient en 2003 les partisans de la guerre ? Et bien déjà, les USA et leurs alliés auraient pu mentionner de véritables prétexte, comme le caractère sanguinaire du régime irakien, plutôt que des mensonges sur des armes de destruction massive (ADM), qui, même si elles avaient existé, n’auraient pas vraiment menacé l’Occident. En effet, une guerre bactériologique ou même nucléaire lancée par l’Irak aurait rapidement conduit à l’emploi d’autres ADM, mais occidentaux ceux-là, sur Bagdad. Le risque de diffusion des armes par et pour des mouvements terroristes est un risque nettement plus sérieux, mais les liens supposés entre Saddam et Al-Qaeda semblent avoir été infirmés.

 

Les états occidentaux, à travers l’OTAN ou les Nations-Unies, auraient donc pu négocier avec l’Irak sur la question des droits humains, en exigeant l’abolition de la peine de mort (mais il est vrai qu’une telle demande serait surprenante venant de Bush), l’ouverture des prisons à des inspections, l’instauration d’un état de droit, quitte à devoir laisser Saddam Hussein dans un rôle monarchique à pouvoir réduit. Bien sûr, pour que ces négociations aient un sens, il fallait menacer l’Irak d’invasion, et la France aurait dû mobiliser des troupes dans le Golfe pour contribuer à la pression sur Saddam (mais la mobilisation n’est pas la guerre).

 

Au lieu de cela, pendant des mois de l’hiver 2002-2003, ont circulé des missions d’inspections sur des ADM évasives, Bush s’énervant que les missions ne puissent chercher ce qui n’existait pas. Et finalement, lorsque les inspecteurs commencèrent à faire état d’une plus grande coopération des irakiens, les USA et leurs alliés prirent l’initiative du conflit, sachant qu’ils ne décrocheraient pas le mandat onusien pour partir à l’assaut.

 

Je suis donc resté contre la guerre d’Irak, non pas parce qu’une guerre est forcément mauvaise (je suis plus mitigé vis-à-vis de la guerre d’Afghanistan, car autant on peut négocier avec un homme ayant des intérêts matériels comme Saddam, autant on ne peut pas négocier avec le fanatisme des talibans). Mais parce que l’on n’avait pas procédé de sorte à éviter le plus de morts possibles, en essayant de mettre fin aux crimes massifs de Saddam sans devoir lancer l’assaut. Bush Junior et ses alliés se sont donc bel et bien rendus coupables de milliers de morts, mais ça n’exonère pas d’être prudent vis-à-vis des chiffres.

Le bilan de trois ans de conflit en Irak

Une étude par sondage faisait état il y a quelques mois de la mort de 600.000 personnes en trois ans. Dès les mois qui suivirent le conflit, des sources de l’armée britannique témoignaient de 20.000 à 30.000 morts irakiens au cours de trois semaines d’un conflit qu’on avait cru « propre et rapide ».

 

On ne peut pas être sûr du chiffre de 600.000 victimes, d’autres estimations ayant fait état de 200.000. Ces morts ne sont pas tous dûs à l’action directe de l’armée US et de ses alliés, loin s’en faut. La dégradation des conditions sanitaires et économiques y est pour beaucoup, mais surtout le terrorisme permanent, les règlements de comptes entre personnes et communautés, ont déjà fait des dizaines de milliers de victimes et contribuent aussi largement au chiffre global. Aussi, quand l’URCF écrit :

 

« Mais un peuple libre ne saurait tomber ! Depuis, une large résistance irakienne à l’occupation porte des coups militaires de plus en plus rude à l’armada américano-britannique, l’obligeant à l’envoi de troupes supplémentaires malgré les recommandation de plusieurs experts américains liés à l’administration de Bush senior qui recommandait pourtant  un « désengagement » mais ce serait un aveu trop cuisant d’échec pour l’hôte de la maison blanche ! 

»

…ils oublient complètement que beaucoup des « résistants » irakiens ne sont tout bonnement que des terroristes, menant un combat moyen-âgeux anti-chiites ou anti-sunnites, ou tout bonnement islamistes, et qu’avec l’arrivée de ce genre de gens au pouvoir l’Irak ne risque pas de connaître la paix. A côté des « coups militaires » portés à « l’armada américano-britannique », il y a aussi des dizaines et des centaines de morts hebdomadaires qui étaient simplement des civils passés au mauvais endroit, jugés par leurs assassins comme étant de la mauvaise religion ou ethnie.

 

 

 

Condamner Bush et Blair est certes juste au regard de ce que j’ai écrit plus haut, mais décrire Saddam en combattant « anti-impérialiste » (lui qui avait déclenché une guerre contre l’Iran) et confondre des terroristes avec des résistants n’a pas grand-chose de « progressiste ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DiadoreCronos - dans Monde - Moyen-Orient
commenter cet article

commentaires

Serpov 10/01/2007 00:01

Tu dis que le nombre de morts dont est coupable Saddam est de 2 millions selon "Le livre noir de Saddam Hussein". Mais selon l'Human Rights Watch, le régime de Saddam est responsable de 250 000 à 290 000 morts en 24 années de pouvoir. Il y a un rapport de 1 à 10 entre les deux sources.

DiadoreCronos 10/01/2007 11:50

Bonjour Serpov,
Le chiffre de deux millions de morts comprend surtout le nombre de victimes de la guerre Irak-Iran, qui a fait selon les sources entre 600.000 et 1.200.000 morts.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_Iran-Irak
Sur ce mémoire, le nombre de victimes iraniennes seulement est estimé à plus de 433.000:
http://www.college.interarmees.defense.gouv.fr/IMG/pdf/galharba0804-3.pdf
Le chiffre de Human Rights Watch ne prend, je le pense, en compte que le nombre de victimes intérieures en temps de paix ou hors causes militaires du régime de Saddam. Ajoutées aux victimes de la guerre Irak-Iran, Saddam a bien une responsabilité directe ou indirecte sur au moins un million de décès, voire deux millions.