Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

6 janvier 2009 2 06 /01 /janvier /2009 23:22

          7 Janvier 2009: avec un peu de retard (car les nuits peuvent être longues chez moi), je rédige enfin cet article, ... 
           et vous présente au passage mes voeux de bonne année à tous, même si c'est relatif pour les 50 à 60 millions de personnes qui vont trépasser, de cause évitable ou pas, au cours de cette année à travers le monde...

            Pendant que le malheureux état d'Israël est obligé de tuer des centaines de palestiniens au motif incontestable de sa sécurité, un petit article sur l'euro, en réaction aux propos de Jean Quatremer :

http://bruxelles.blogs.liberation.fr/coulisses/2009/01/prague-veut-ado.html

et notamment ces deux phrases :

"Cela étant, si même les eurosceptiques tchèques, pourtant parmi les plus virulents de l’Union européenne, trouvent des vertus à la monnaie unique, cela devrait interpeller ceux qui, même s’ils se font plus rares, continuent à la critiquer… Il doit bien y avoir une raison à cette ruée vers l’euro, non ?"

La Slovaquie vient d’entrer dans la zone euro le 1er Janvier, la République Tchèque envisage sa candidature, la livre sterling est au plus mal, bientôt à parité avec l’euro quand il fallait 1,5 euro pour une livre au début de 2007, la Norvège va subir la baisse du prix du baril, les habitants de l’Islande en faillite financière sont majoritaires à souhaiter l’adhésion à l’Union Européenne et à l’euro…


Le triomphe de la monnaie unique ?


               Il y a bien une raison qui explique cette « ruée vers l’euro » dont parle Jean Quatremer : elle s’appelle « facilité politique ».

Le Royaume-Uni paie actuellement (et depuis 2007 en fait, avec le début du dégonflement de la bulle immobilière) son orientation vers les services financiers et l’immobilier. L’Islande a bien trop joué sur la spéculation. Une solution de long terme pour ces pays est de se re-spécialiser, par exemple d’opérer leur ré-industrialisation. Il est cependant nettement plus facile de changer de monnaie, pour ne plus avoir à porter le poids du déséquilibre du commerce extérieur de son pays, et le faire supporter par l’ensemble de la zone euro, c’est-à-dire pour l’essentiel par l’Allemagne.

Quoique l’on pense des effets de l’euro fort sur les exportations de certains pays (tels que la France), il y a toujours une critique que l’on peut faire à la monnaie unique. Il s’agit tout simplement du fait que l’existence de monnaies nationales, et donc de possibles dévaluations par rapport aux monnaies voisines, était aussi un moyen de sanction contre un pays ayant une mauvaise spécialisation économique, générant des déficits commerciaux, ou dont la politique du gouvernement mettait en danger les taux d’intérêts (car nous sommes toujours malheureusement en économie capitaliste). Qu’il soit évident que nous ayons intérêt à monter des projets industriels et scientifiques communs entre états européens ne signifie pas que nous devions nous passer de cette sanction potentielle.

Certes, pour les déficits publics, et le volume de la dette, il y a les critères de convergence du Pacte de stabilité (les fameux 3% du PIB en déficit public et la dette publique limité à 60% du PIB), et nous ne commettrons pas la malhonnêteté de mettre sur le compte des partisans de l’euro le non-respect de ces critères par les états de la zone euro.

Mais lorsque l’on veut redresser – et durablement – le solde commercial, la réorientation de l’économie est une meilleure solution, plus longue, plus courageuse aussi. En France, c’est notre faiblesse industrielle (surtout face à l’Allemagne) qui nous grève. L’euro n’est sans doute pas la cause profonde de nos difficultés extérieures, mais il y a de fortes chances pour que la monnaie unique ne nous aide pas.

 

            Les défenseurs de l’euro ont usé de plusieurs arguments tels que :

            « Les allemands ont un fort excédent commercial malgré l’euro ! »

            Parce qu’ils n’ont pas la même spécialisation industrielle que nous, et aussi parce que la monnaie unique les avantage contre nous ! L’euro n’existerait pas, le mark serait surévalué par rapport au franc, de par le creusement du déficit commercial avec nos voisins d’outre-Rhin. Ce qui renchérirait les productions allemandes chez nous. L’euro empêche cela et favorise à court terme l’Allemagne (et la politique du franc fort dans les années 80-90 avait le même effet). Il s’agit bien de court terme car il ne s’agit pas de tomber dans le travers du « ce qui est bon pour l’Allemagne est mauvais pour la France et vice-versa ». Bien au contraire, et l’Allemagne pâtit de l’atonie de la croissance française comme nous subissons le recul de l’activité allemande suite à la crise.

 

            Ou encore cet argument :

            « La France accroît ses déficits commerciaux en Europe et dans la zone euro, pas seulement vis-à-vis des pays qui n’ont pas l’euro ».

Comme l'explique ce blog:

http://convictionspolitiques.midiblogs.com/archive/2008/01/07/le-commerce-exterieur.html ,

 nos déficits se sont creusés avec d'autres pays européens depuis 2005. L'auteur du blog, pro-européen, nous dit que ces pays ont pour monnaie l'euro, mais il cite quatre pays avec lesquels nos déficits se sont accrus: l'Allemagne, la Belgique, ...la Norvège et la Russie! Pour ces derniers, c'est le pétrole qui est en cause. Or on nous a justement fait croire que le haut niveau de l'euro nous protégeait en partie de la hausse du pétrole, c'est justement la faiblesse du dollar face à l'euro qui poussait à sa hausse en dollar (en plus des tensions offre demande bien sûr)! 

          Parenthèse sur le pétrole, l'euro et le dollar:
                             - la montée conjointe du cours de l'euro en dollar et du prix du pétrole apparaissent sur ces graphes, pour la période 2002-2008.
              Pour le cours de l'euro en dollar (sur Wikipédia):
http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/27/EuroDollarECB.png/450px-
 
              Pour le prix du pétrole (sur Inflation en France):
http://inflation.free.fr/img/brent.gif

                              - cependant, personne ne peut dire bien sûr que toute la progression du baril en dollar est due à cette montée de l'euro (car le baril s'apprécie en euros aussi) :
http://www.boursorama.com/forum/message.phtml?file=365372539&pageForum=1
          Fin de la parenthèse sur le pétrole. 


Pour ce qui est des déficits commerciaux, notre premier déficit est celui avec l'Asie, la Chine notamment. C'est à la fois un problème de spécialisation industrielle et monétaire: la Chine a une monnaie sous-évaluée, la nôtre surévaluée. Toujours selon le tableau des déficits, en cas de rétablissement des monnaies nationales, la France serait en difficulté face à l'Allemagne, pas face au Royaume-Uni ni l'Espagne. Et il se peut très bien que l'euro nous grève dans la conquête d'autres marchés, pour compenser le désavantage qualitatif que nous avons face à l'Allemagne, qui ne se résoudra qu'avec du temps.

Eurofédéralistes, gardez vos cris de victoire…

 

Au passage, je remarque que les discours européistes qui proclament la victoire enfin confirmée de l’euro rappellent les discours minables anti-souverainistes que l’on pouvait entendre fin 2001, suite aux attentats du 11 Septembre. J’avais à l’époque trouvé dans l’Express (ou le Point, peut-être), un article intitulé « Le crépuscule du souverainisme ». La thèse était tout simplement que la « guerre contre le terrorisme » avait ressoudé les nations du « monde libre » entre elles, et que c’était là la défaite –définitive, bien sûr- du « souverainisme » (car pour l’auteur, « souverainisme » signifiait « absence totale de coopération entre nations »). On a vu comment les referenda français, néerlandais et irlandais ont validé cette proclamation…On souhaite de pareils réveils brutaux aux laudateurs de l’euro dans un avenir proche!

 

Même si le cas de la petite Islande semble entendu, pour trois pays réfractaires à l’euro (Suède, Danemark, Royaume-Uni), rien n’est joué. Les britanniques restent massivement opposés à la monnaie de la BCE, et ils ont raison. On ne peut justifier que le navire britannique reste amarré à un port qu’il aura du mal à quitter ensuite sous prétexte d’une tempête ponctuelle. Le Royaume-Uni affronte pourtant une situation difficile, car en plus de la récession (que nous connaissons aussi) qu’il doit traverser, le gouvernement britannique a réalisé l’un des plus importants déficits publics de son histoire (ce qui joue dans la baisse de la livre). Londres sait que ses difficultés actuelles ont des origines nationales, et que se jeter dans l’empire européen serait une tromperie.

 

Camarades, notre mot d’ordre sera donc : « God Save The Queen ! »

 

Et pour l’Europe fédérale : « No Future for You ! »

 

 


(Ce n'est sans doute pas la meilleure image du clip de God Save The Queen des Sex Pistols, si quelqu'un veut m'en passer une autre, pas de souci...)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

cdrm 11/01/2009 19:25

Bonjour, Je trouve intéressant votre blog. J’y reviendrais. J’en ai un où l’on aborde les questions : D’actualités, économiques, politique, sociales… Bonne continuation pour la nouvelle année. P.S. : Si vous le souhaiter, vous pouvez rejoindre ma « communauté de blogs », y publier vos articles et participer au FORUM de la communauté.

DiadoreCronos 12/01/2009 09:44


Bonjour. Je vous remercie de votre commentaire et de votre invitation. Cependant, mon blog, dans son en-tête, précise qu'il est "non-marxiste" au sens où je ne me fixe pas l'obligation de rester
dans la pensée de Karl Marx. Peut-être me trompe-je, peut-être n'ai-je pas compris le caractère évolutif de la pensée marxiste, peut-être suis-je marxiste (hétérodoxe?) sans le savoir, mais cela
gène pour être membre d'un groupe nommé "encyclopédie marxiste". En tout cas, je ne suis pas anti-marxiste non plus. Je n'en visiterai pas moins les blogs de votre communauté.