Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

19 octobre 2008 7 19 /10 /octobre /2008 23:48

[Ce texte reprend les interrogations d'une camarade, cf. http://reveilcommuniste.over-blog.fr/article-23697844.html]

Dans la préparation du vote des 29 et 30 Octobre qui doit désigner la base de discussion du Congrès de Décembre 2008, quatre textes ont été envoyés aux militants du Parti Communiste Français. Il s’agit :

-de la base commune adoptée par le Conseil National des 5 et 6 Septembre 2008 ;

-un texte alternatif, « Faire vivre et renforcer le PCF : une exigence de notre temps », soutenu par des militants de  66 fédérations ;

-un autre texte alternatif, «Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme », disposant lui aussi du nombre de signatures nécessaires à sa validation ;

- et enfin un autre texte, « Continuer l'engagement communiste. Fonder une nouvelle force politique » qui a la particularité d’avoir été déposé avec le nombre de signatures requises, tout en n’étant pas soumis au vote des communistes !

Voici ce que dit l’Humanité du 13 Octobre 2008 :

« Le vote aura donc lieu entre le texte proposé par le CN et les deux textes alternatifs. Un quatrième texte sera pourtant versé au débat des communistes. Pierre Zarka, Roger Martelli, Patrick Braouezec, le député de Saint-Denis, et Catherine Tricot ont en effet déposé un texte, « Continuer l’engagement communiste. Fonder une nouvelle force politique » et recueilli les signatures nécessaires. Mais ils ne souhaitent pas voir leur texte soumis au vote des communistes. « La base commune n’en est pas une, explique Pierre Zarka. Elle ne rend pas compte des différentes opinions. C’est en retrait sur les précédents congrès. » Pierre Zarka « dénie au congrès toute validité. Présenter un texte alternatif, ce serait entrer dans une logique que nous refusons ». La commission de transparence a néanmoins souhaité que ce texte soit versé au débat. « Pour l’information des communistes, nous voulons que toutes les cartes soient sur la table », explique Hervé Bramy, président de la commission, qui regrette que les auteurs de la proposition de fonder une nouvelle force politique n’aient pas souhaité soumettre leur texte au vote.

« Pour se forger leur propre opinion et effectuer un choix en conscience, les communistes ont besoin d’avoir tous les points de vue entre leurs mains », insiste Hervé Bramy. Chaque adhérent va donc recevoir une brochure contenant le texte du Conseil national et les deux textes alternatifs, ainsi qu’une annexe contenant le texte proposé par les « communistes unitaires » et un résumé d’opinions diverses versées au débat. À ces éléments, il faut ajouter les contributions, les comptes rendus de réunions et les tables rondes publiés chaque mercredi dans le supplément Communistes de l’Humanité et l’ensemble des contributions envoyées au site Internet du PCF. Elles sont plus de 900 à ce jour. »

Le fait de présenter un texte alternatif sans le destiner au vote est une procédure surprenante. En fait, elle est tout simplement hors-statuts. En voici la démonstration  d’après les statuts finaux du 33ème Congrès du PCF, datant du 25 mars 2006, et dont les extraits sont en italique (le texte peut être trouvé sur http://docushare.dmz.pcf.fr/dscgi/ds.py/Get/File-2433/Version_finale_Statuts_ 33ème_Congrès.rtf ) :

 

  CHAPITRE III - Le congrès

8.      La réunion de congrès

Les communistes procèdent en congrès aux choix d’orientation et à l’élection des comités exécutifs locaux, des instances départementales et nationales du  Parti. Le congrès local qui est l’assemblée générale de tous les adhérents de la section, le congrès départemental et le congrès national sont constitutifs de la réunion de congrès.

Le congrès est réuni tous les trois ans au moins, et lorsque le conseil national, qui propose son ordre du jour, en décide. Il est obligatoirement convoqué si le tiers des conseils départementaux ou si 10% des adhérents du Parti le demandent. Ces 10% doivent être issus d’au moins un tiers des fédérations et représenter au moins 10% des  adhérents de chacune de ces fédérations. Un congrès départemental extraordinaire peut être réuni, en dehors de la préparation d’un congrès national, quand le conseil départemental en décide, ou si 10% des adhérents de la fédération le demandent. Ces 10% doivent être issus d’au moins un tiers des sections et représenter au moins 10% des  adhérents de chacune de ces sections.

Pour l’adoption des orientations politiques comme pour l’élection des instances du Parti, l’organisation des débats et des votes poursuit le double objectif de rassembler la grande majorité des adhérent-e-s sur des choix élaborés en commun ; et de permettre à celles et ceux qui ne se retrouvent pas dans ces choix de soumettre au vote des propositions alternatives. »

Commentaire : C’est donc là l’objectif des débats préparatoires au Congrès : soit élaborer une base commune et l’amender, soit produire, si cette base ne satisfait pas tous les militants, des propositions alternatives dans le but premier de les soumettre au vote.

 « Ainsi, nous faisons le choix de faire du pluralisme des idées, un droit et un principe de notre mode de fonctionnement. Ce droit ne peut se traduire par une organisation en tendances.

9.      Les bureaux

Au niveau local, sur proposition du comité exécutif local, aux niveaux départemental et national, sur proposition du conseil sortant, un bureau est élu à l’ouverture des travaux. Il se substitue au comité exécutif local sortant ou au conseil sortant et prend toutes dispositions pour organiser les débats et les votes afin que les adhérent-e-s ou leurs délégué-e-s soient toutes et tous ensemble maîtres de toutes les décisions. »

Commentaire : Cette référence à « toutes dispositions pour organiser les débats et les votes » est floue, et l’idée de le faire « afin que les adhérent-e-s ou leurs délégué-e-s soient toutes et tous ensemble maîtres de toutes les décisions » est un peu utopique (quand on est dans la masse des adhérents, on n’est jamais maître de toutes les décisions dans une structure de masse comme le PCF). Cependant, il faut noter qu’il ne s’agit là que de décisions. Or, l’envoi d’un texte non destiné au vote ne concerne pas une décision. Donc le bureau dont il est question n’a pas à prendre de dispositions concernant la médiatisation d’un tel texte. 

« Pour l’aider dans son travail, il constitue en son sein une commission chargée d’animer le débat sur la base commune de discussion. Il constitue également une commission chargée des candidatures qui comprend une délégation du bureau et au moins un-e représentant-e de chaque section pour le congrès départemental ou de chaque fédération pour le congrès national.

10.  L’élection des délégués

[Il n’est pas question de textes diffusés nationalement ici.]

11. Choix d’orientation

11.1. Adoption de la base commune de discussion

Le conseil national décide de l’ordre du jour et lance un appel à contributions. Tout-e adhérent-e, individuellement ou collectivement, toute assemblée générale de section et tout conseil départemental peut proposer une ou des contributions, portant sur tout ou partie de l’ordre du jour. Toutes sont mises à la disposition des communistes.

A partir de cet ensemble d’éléments, le conseil national élabore un projet de base commune de discussion portant sur l’ordre du jour du congrès. »

Commentaire : Les possibilités de contribution sans but de vote existent donc, mais il s’agit là de l’étape précédant la rédaction de la base commune.

«  Sur une question particulière en débat, le texte [toujours celui de la base commune] comporte, s’il y a lieu, des choix alternatifs possibles qui feront l’objet d’un vote de congrès. Tous les efforts auront été faits pour aboutir à un texte permettant de rassembler la grande majorité des adhérent-e-s sur des choix élaborés en commun. Un délai de  cinq semaines au moins est ensuite donné pour faire connaître ce projet à tous les adhérent-e-s. »

Commentaire : Il est déjà question d’un texte qui sera porté à la connaissance des adhérents (et pas seulement des lecteurs de L’Humanité), mais il ne s’agit pour l’instant que de la base commune. On aborde le point crucial des textes alternatifs et du vote :

A l’issue de cette période, deux cents adhérent(e)s issu(e)s d’au moins dix fédérations peuvent proposer une base de discussion alternative qui doit traiter de l’ordre du jour du congrès et respecter la cohérence de celui-ci. Sa dimension ne saurait excéder celle du projet adopté par le conseil national.

Tout texte est accompagné d’un résumé de ses orientations essentielles. Les résumés sont de taille identique.

Une commission élue par le conseil national organise la transparence des débats. Elle valide les textes proposés.

Le ou les projets de base commune sont portés à la connaissance des adhérent-e-s et soumis à leur vote. Le texte qui a obtenu le plus de suffrages devient la base commune de discussion de tous les communistes. »

Commentaire : C’est ici que tout se tient : c’est la deuxième fois qu’il est question de texte(s) devant être porté à la connaissance des adhérents. Il s’agit des textes alternatifs ayant récolté 200 signatures de dix fédérations au moins. Et il est clairement mentionné que la soumission aux adhérents de ces textes ne fait qu’un avec leur soumission au vote « sont portés à la connaissance des adhérent-e-s ET soumis à leur vote ».

Donc de deux choses l’une : soit un texte est un texte alternatif, donc il est transmis aux adhérents et soumis au vote. Soit ce texte n’est pas soumis au vote, donc il n’est pas un texte alternatif : donc pourquoi est-il transmis aux adhérents ?

11.2. Le vote des orientations

Tous, toutes les adhérent-e-s dans les congrès locaux, puis leurs délégué-e-s dans les congrès départementaux, débattent de la base commune, qu’elles et ils amendent librement en tout ou en partie.

Le texte amendé est finalement soumis au vote. Puis, il est transmis, accompagné des amendements non retenus, jusqu’au congrès national, qui en débat à son tour, l’amende et le vote.

Commentaire : Là encore, les adhérents amendent un texte voté.

 

On a la de quoi conclure plusieurs fois que le texte présenté par les camarades Zarka, Martelli, Braouezec, etc… n’a pas à être envoyé aux adhérents du PCF. Il s'agit là d'une violation ou plutôt d'une invention de statuts. Qu’il soit publié dans L’Humanité, pourquoi pas, car les lecteurs de l’Humanité ne se confondent pas avec les adhérents du PCF. Cependant, L’Humanité est l’organe officiel du PCF, pas le contraire.

 

Pourquoi prendre quatre pages de Word pour examiner le cas de ce texte qui ne sera pas voté ? Pourquoi ne pas tout simplement l’ignorer, en considérant que le refus d’affronter le vote est un aveu de faiblesse de la part des auteurs ? Tout simplement parce que l’information est l’un des principaux nerfs de la guerre en politique. Donner ainsi une tribune indue est une chose grave, et laisse suggérer un traitement de faveur. Si cette possibilité de recueillir deux cent signatures pour obtenir une diffusion nationale sans vote avait été connue depuis plus longtemps, on aurait sans doute bien plus que quatre textes à remettre aux communistes ! Là, un seul a découvert le filon…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DiadoreCronos - dans Gauche radicale - PCF
commenter cet article

commentaires