Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 13:21


1er Octobre 2008 :

Je rédigerai l'article dans les prochains jours, voir ce soir si possible, mais je vous invite d'abord à lire le texte de l'intervention de Roland Muzeau: 


http://www.groupe-communiste.assemblee-nationale.fr/actualite/legroupe/lesdeclarations/RMuzeauAfghanistan220908.htm


Cette intervention me plait davantage que la plupart des discours plus ou moins énervés sur le retrait d'Afghanistan, car elle pose au moins le problème de l'après-retrait, ce qu'oublient bien souvent la plupart de ceux qui hurlent au retrait immédiat des forces occidentales. Il y a beaucoup de gens qui oublient ce qu'était l'Afghanistan "libre" (c'est-à-dire sans soviétiques ni américains) entre 1989 et 2001: guerres internes, chefs de guerre n'ayant, pour prendre l'exemple de Rachid Dostom, même pas besoin des talibans pour exceller en barbarie... Des gens dont le souci premier est de s'opposer aux USA et à l'OTAN, plus que de songer au sort des afghans...

14 Octobre 2008 :

Comme je l'avais annoncé, ma position diffère de celles qui ont fleuri après la mort en Août de dix français en Afghanistan (retrait immédiat des troupes françaises). Si les occidentaux (et pas seulement les français) se retirent d'Afghanistan, que devient le pays? L'issue la plus probable est le retour à une situation de guerre civile. Et puisque le retrait de l'OTAN ne se fera pas en un jour, les factions issues de l'Alliance du Nord, les chefs de guerre non talibans qui dominent le pays en dehors de Kaboul se tiendront prêtes à un retour des talibans, donc on aura une guerre civile durable.
La présence occidentale et le conflit prenant après le retour des talibans en 2002-2003, a déjà eu des conséquences très dures sur le pays. L'espérance de vie, déjà faible avant 2001 (aux alentours de 45 ans) a regressé de plusieurs années. Cependant, le retrait et la guerre civile qui s'ensuivrait n'améliorerait pas les choses.
Précisons d'abord quelques faits:
          - l'Afghanistan occupé depuis 2001 par les forces américano-britanniques de l'opération Enduring Freedom (moins de 20 000 hommes) et par plus de 50 000 soldats de la force internationale (ISAF) regroupant des membres de tout l'OTAN:
                        - au Nord de l'Afghanistan, des allemands, des norvégiens et suédois ;
                        - à l'Ouest, des italiens, bulgares, espagnols;
                        - au Sud, des américains, britanniques, des soldats du Bénélux;
                        - dans le secteur de Kaboul, les français, italiens, et quelques turcs;
                        - à l'Est de l'Afghanistan, hors Kaboul, des américains.

L'Etat afghan créé par les occidentaux avec à sa tête Hamid Karzai (ancien ministre du roi Zaher, déposé en 1973), dispose d'une armée de 70.000 hommes (l'Armée Nationale Afghane, ou l'ANA).

L'Afghanistan est, pour sa part, composé:
             - 40% de pashtounes, qui vivent au Sud (Kandahar) et à l'Est (Kaboul). Un nombre plus élevé encore de pashtounes  (le double de ceux qui sont en Afghanistan) vit au Pakistan. C'est de cette ethnie qu'est parti le mouvement taliban en 1994, qui prendra Kaboul en 1996 (les racines idéologiques du mouvement seraient en Inde). Hamid Karzai est lui aussi pasthoune;
              - 26% de tadjiks (la même ethnie que celle du Tadjikistan, ex-République Soviétique, au Nord) et 19% de Hazaras. Ces deux peuples, du Nord et de l'Est de l'Afghanistan, parlent des langues proches du persan (farsi), également parlé la moitié des iraniens;
              - le reste des afghans, à l'Ouest, au Nord, au Sud, est composé d'ouzbeks, turkmènes (au Nord), d'Aimaks (de l'Ouest), de quelques baloutches (au Sud), etc...

La dispersion de toutes ces ethnies est loin d'être simple, des minorités pasthounes se retrouvent par exemple au Nord et à l'Ouest du pays.

Pourquoi ces précisions? Car l'ampleur du conflit n'est pas la même selon les régions d'Afghanistan. C'est en pashtoune que les affrontements les plus violents ont lieu (et les français en ont fait les frais). Non pas qu'il n'y ait rien au Nord :  les allemands et les norvégiens ont mené ces dernières années plusieurs opérations (opérations Hakate Yolo et Karez) contre des forces supposées talibanes le long de la frontière ouzbèke. De même, les forces rebelles afghanes recensées ne se limitent pas aux talibans: par exemple, l'Imu (Islamic movement of Uzbekistan) dont l'objectif serait justement de mener la révolution islamique dans les républiques ex-soviétiques d'Asie Centrale, alignerait plusieurs milliers de combattants. Cependant, la plupart des mouvements combattants se trouveraient dans le Sud du pays, et une minorité serait composée de combattants à temps plein.

Ce que chacun devrait avoir en tête, suite à la division peuple pashtoune entre Afghanistan et Pakistan, c'est qu'il n'y a pas en réalité un conflit afghan, mais un conflit afghan et pakistanais. La ligne qui sépare les deux pays et le peuple pashtoune est une ligne dessinée par la conquête britannique (la ligne Durand) à la fin du XIXème siècle (1893). Avant cela, l'Afghanistan était plus étendu vers le Sud, et a connu au XVIIIème siècle des extensions plus grandes encore, vers le Baloutchistan (Sud-Ouest du Pakistan, le long du Golfe d'Arabie).
Les frontières actuelles de l'Afganistan ne sont que les limites de ce qui n'a pas été conquis par les britanniques et les russes. Au Sud de la ligne Durand, sévit un conflit entre l'état pakistanais et les islamistes, notamment dans la province du Waziristan. Le Pakistan, état très précaire, est dans une situation délicate: il doit à la fois régler cette guerre civile, tout en limitant l'intervention militaire américaine sur son sol: bien que le soutien matériel des USA soit probable dans les opérations menées par le gouvernement afghan, le récent premier ministre Zardari s'est opposé à une intrusion aérienne des forces de l'OTAN en y répondant par des tirs de sommation.

En Afghanistan, il n'y a que peu d'intérêt de comparer les effectifs des forces occidentales et de l'ANA contre les effectifs supposés des rebelles, talibans ou pas. Puisqu'en réalité, un important va-et-vient (replis et renforts) a lieu sur la ligne Durand; le gouvernement officiel afghan, bien qu'élu, est largement décribilisé par la corruption  et sa nature de narco-état. Les affrontements continus avec les rebelles font que la population afghane ne peut même pas reconnaître en lui le garant de sa sécurité. Alors que l'un des points qui rendaient supportable le régime taliban pour une partie de cette population (qui débordait de la seule ethnie pashtoune) était, outre la réduction de la production d'opiacées, la sécurité relative sur la majorité du territoire. De fait, nous ne sommes pas en conflit avec une minorité rebelle, mais avec un peuple. Ce sur quoi je minterroge actuellement est le fait qu'il s'agisse du peuple pashtoune (comme la répartition des combats semble l'indiquer) ou  d'une fraction plus large du peuple afghan.


Si cette hypothèse (le conflit est nettement plus intense avec les pashtounes qu'avec les autres peuples), alors je me permets ces suppositions, loin d'être assurées, juste pour en avoir (ou en espérer) des commentaires:

-il ne sert à rien d'exiger le retrait d'Afghanistan en disant que c'est au "peuple afghan" de construire lui-même sa démocratie, parce que le peuple afghan n'existe pas, tout simplement. Il existe par opposition au monde extérieur, mais n'a pas d'unité interne. Et l'Afghanistan actuel n'est qu'une fraction d'un territoire plus grand (comprenant les pashtounes pakistanais) qui existait avant le XIXème siècle;

-il pourrait être pertinent de réunifier les pashtounes afghans et pakistanais. C'est-à-dire: de construire un état démocratique dans la moitié Nord de l'Afghanistan, où les pashtounes sont minoritaires. Cela pourrait être l'occasion de changer la composition de l'actuel gouvernement afghan, dirigé par le pashtoune Karzai. Non pas que les pashtoune soient plus enclins à la corruption et au narco-trafic que les autres ethnies. Cependant, de nouvelles élections sur une autre base ethniques amèneront un changement des personnes, donc peut-être une épuration de ce gouvernement. Les forces occidentales auraient alors vocation à quitter le Nord de l'Afghanistan au plus vite;

-les pashtounes pourraient être intégrés à une démocratie pakistanaise. C'est en effet là, sur la consolidation et la démocratisation de l'état pakistanais, que devrait se porter l'attention des progressistes, et de nos gouvernements -s'ils étaient progressistes. Cela signifierait la fusion des fronts anti-taliban pakistanais et afghans, voire l'absorption de l'Afghanistan pashtoune dans le Pakistan. En tout cas, c'est une occasion de supprimer la ligne Durand qui ne correspond à rien sur le plan des peuples, et sert de fait de levier stratégique aux islamistes, offrant un refuge et des renforts aux talibans afghans. Là encore, les occidentaux devraient se retirer rapidement du territoire afghano-pakistanais, car il n'y aurait pas d'état démocratique qui se construirait sous occupation étrangère, surtout quand il a lui-même les moyens de se maintenir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Prcf 05/10/2008 12:54

Tous ensemble et en même temps !2ème Conférence Nationale du Prcfles 25 et 26 octobre 2008 à Paris (adresse à définir)un socialisme original et inédit pour la Francel'affiche de l'événement :http://sd-1.archive-host.com/membres/images/740554293/2econference-nationalePrcf.jpg