Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

1 juin 2008 7 01 /06 /juin /2008 23:47

...et pourquoi Mélenchon a raison quand même.


Le Tibet "historique" tel que revendiqué par le "gouvernement en exil" du Tibet (www.tibet.com

1er Juin 2008:
Vous pouvez prendre connaissance des positions de Jean-Luc Mélenchon sur son blog, afin de savoir réellement ce qu'il dit, et pas ce qu'on en dit. Notons que Philippe Val s'est encore illustré dans Charlie Hebdo, en affirmant que Mélenchon s'insurgeait contre ceux qui critiquaient la Chine au prétexte que la Chine est souveraine chez elle et que la souveraineté primerait sur tout chez Mélenchon. Or c'est absolument faux, Mélenchon s'est avant tout indigné que la dénonciation du régime chinois se fasse au profit du "gouvernement en exil" plus que réactionnaire du clown en toge aussi dénommé "Dalaï-Lama".

http://www.jean-luc-melenchon.fr/?p=589

12 juin 2008 :

Pourquoi Mélenchon a raison

Le monde entier a semblé redécouvrir la "cause tibétaine" avec les affrontements à Lhassa en Mars dernier. En passant sur de nombreux truquages (scènes d'émeutes réprimées par des policiers au Népal, et reprises par des journaux occidentaux comme ayant eu lieu en Chine, civils protégés par la police chinoise mais présentés comme agressés par eux, etc..., et autres entourloupes que vous pouvez voir sur:
http://fr.youtube.com/results?search_query=shame+on+western+medias&search_type=&aq=f ).
La perturbation du passage de la flamme olympique en France(perturbation qui en soi ne me choque pas, cf. infra) qui s'ensuivit fut l'occasion d'une démonstration de "solidarité" pour le peuple tibétain opprimé.

Dans ce concert , Jean-Luc Mélenchon a voulu porter la contradiction, parfois à tort (notamment en évoquant le racisme anti-chinois concernant les manifestants pro-tibétains, argument injurieux et impertinent s'il en est...), mais aussi avec une motivation profondément juste, qui était de poser les questions suivantes:

-devons-nous réellement considérer le Tibet comme une nation indépendante occupée et colonisée par la Chine?
-faut-il vraiment soutenir le "gouvernement" en exil du Dalaï-Lama? Faut-il entretenir des liens avec celui-ci?

Les défenseurs du "roi des moines" arguent couramment sur le fait que le Dalaï-Lama:
  - ne voudrait pas l'indépendance du Tibet, seulement l'autonomie;
  - voudrait une constitution démocratique pour le Tibet.

Les citations que Mélenchon fait de la charte des tibétains en exil pour une constitution du tibet sont réelles. Le régime revendiqué par le Dalaï-Lama est celui d'une pseudo-démocratie avec un monarque libre de renverser l'assemblée et de bloquer ses décisions.
De surcroît, le Tibet revendiqué sur le site du gouvernement du Tibet en exil (
www.tibet.com), est bien, non pas la seule province autonome chinoise du Tibet, mais les trois provinces "historiques" du Tibet, Amdo, Kham et U-Tsang (cf. carte en haut de l'article), qui débordent largement sur des territoires dont la population n'est aujourd'hui très majoritairement plus tibétaine, et ce du fait d'une forte
immigration chinoise.
Autrement dit, les manifestants pro-tibétains se battent pour une nation qui, géographiquement, n'existe pas. On me répondra
certainement que ce constat pourrait aussi servir à dire que, du fait de la colonisation israélienne en Cisjordanie, on
pourrait nier la nation palestinienne.
Ce n'est pas le même cas. Les palestiniens, qui ont déjà pu s'exprimer par des votes, n'ont jamais dit qu'ils souhaitaient
devenir israéliens. Les tibétains, eux, ou plutôt les citoyens chinois vivant dans les provinces du Tibet, du Qinghai, du Gansu ou du Sichuan, n'ont eux pas la possibilité de s'exprimer sur la question d'un Tibet indépendant. Ce qui devrait amener à la conclusion qu'on ne sait en réalité nullement si les habitants de ces régions souhaitent leur indépendance. Et que le problème concernant le Tibet n'est pas en fait un problème tibétain, mais chinois. La question réelle, c'est celle des droits de l'Homme et de la démocratie en Chine. Si celle-ci devenait une démocratie, peut-être le projet de l'indépendance tibétaine serait-il balayé par les urnes. Alors pourquoi des manifestants contre le régime chinois - et beaucoup de médias- ont-ils axé leurs protestations sur la cause "tibétaine"? Pourquoi avoir pris parti pour le mouvement du Dalaï-Lama, plus proche de la théocratie que de la démocratie?

Alors qu'il ne viendrait à l'idée de personne de remettre en cause aujourd'hui la présence de dizaines de millions de descendants européens en Amérique du Nord, que le fait de considérer les israéliens comme des colons vous exposera à de sérieuses accusations d'antisémitisme, au nom de quoi se scandalise-t-on de la présence, sur le Tibet "historique" d'un nombre de chinois supérieur à celui des "vrais " tibétains (à noter que la charte des tibétains en exil prévoit que la nationalité tibétaine sera accordée aux tibétains vivant sur le territoire historique comme à ceux en exil et par le droit du sang, quid des "colons" chinois?)? La réalité est que le Tibet était une nation non-viable, qui n'était pas en mesure de se maintenir face à de plus grands voisins, tout comme la Corse ou la Bretagne. Aujourd'hui, les habitants de ces régions conviennent pour la majorité d'entre eux de rester dans la France. Je le répète encore, ce ne sont pas les nations qui sont égales entre elles, mais les individus. Ce qui doit être exigé de la Chine, c'est la reconnaissance des droits individuels pour ses 1,3 milliards d'habitants, pas de reconnaître une "nation tibétaine", à la suite de quoi, la faim d'exotisme oriental étant calmée chez les occidentaux, nous continuerions de vaquer à nos occupations, en lisant de temps à autre le rapport d'Amnesty International sur la Chine.


...et pourquoi je suis pour le boycott des JO de Pékin


Et c'est justement parce qu'il y a un problème chinois concernant les droits humains que nous devrions boycotter ces olympiades. Il y a l'argument repris par certains comme quoi "en 2001, NOUS avons donné les jeux aux chinois alors que nous savions qu'il ne s'agissait pas d'une démocratie, donc NOUS ne devons pas changer d'avis en 2008". C'est dans ces moments-là qu'on doit détester les "ON" et les "NOUS". Le gouvernement français de 2008 n'est plus celui de 2001. Nous [la France, par la voix de son gouvernement] sommes parfaitement autorisés à revenir sur notre adhésion à la décision du CIO d'accorder les jeux à Pékin.

Mais nous devrions aussi boycotter ces jeux pour une raison plus globale: tout simplement parce qu'il faudrait cesser de participer aux Jeux Olympiques, et ce définitivement.
Ces jeux présentent une vision du sport comme étant la recherche de la performance absolue, l'exhibition de quelques athlètes qui sont nés avec des capacités extraordinaires - qui les ont certes travaillées, mais qui n'auraient rien fait avec un physique banal- et qui vont à l'encontre du véritable intérêt du sport, qui est éducatif et sanitaire. Le sport n'a d'intérêt et ne doit être promu que comme discipline où l'on recherche la performance relative et non absolue. Le but est que chacun fasse le mieux qu'il puisse faire - sans risquer un inutile épuisement - par rapport à ses capacités. De ce point de vue, un unijambiste qui fait le marathon de New York en 48 heures réalise un exploit sportif. Mais aucun médium n'en tiendra compte.

Pendant que quelques surhommes et surfemmes accompliront leurs exploits à l'écran, plusieurs centaines de millions de spectateurs ne feront pas de sport, quand ils ne nuiront pas à leur santé avec le régime pizza-cacahuètes du télespectateur. Et, en fin de compte, rien ne prouve que l'image des champions olympiques soit réellement déterminante dans l'engouement sportif des simples mortels que nous sommes. Il ne s'agit bien entendu pas de proscrire toute compétition sportive, mais de cesser de voir comme une grande fête mondiale ("c'est l'humanité qui triomphe" était un slogan des JO de Sydney) ce qui n'est au final qu'un meeting sans intérêt pour le plus grand nombre, et autour duquel tournent les enjeux politiques les plus sordides (mise à profit des JO de Berlin de 1936 par Hitler, boycotts occidentaux de Moscou en 1980, puis de Los Angeles par le bloc de l'Est en 1984) et le recours au dopage.

Voilà pourquoi la France ne devrait plus envoyer de délégation aux JO, ou du moins pas avec des fonds publics. Et pourquoi il n'y a pas de raison de s'attendre à ce que ces Jeux servent à "un monde meilleur", qu'ils aient lieu en Chine ou ailleurs.

Partager cet article

Repost 0

commentaires