Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

4 février 2008 1 04 /02 /février /2008 20:36

undefined
Plus de 550 voix pour la révision constitutionnelle au Congrès des Parlementaires à Versailles aujourd'hui. Dont la majorité des députés PS. Quelques centaines de manifestants à l'extérieur exigeant un référendum. 

Pourquoi cette absence de réaction de la part des français? Parce que, ânonnent les ouistes, les français se seraient aperçus des "mensonges" des partisans du non en 2005, qu'il n'y avait pas de plan B, qu'il n'y aurait pas de renégociation d'un nouveau traité, etc?

Parce que les français ne croient plus en la France, se lamentent quelques nationalistes?

Problème: si les français étaient réellement passionnés de la construction européenne, comment expliquer leur si faible participation aux élections européennes? La validation à l'arrachée du traité de Maastricht, il y a 16 ans à peine?

La réalité est plutôt celle-là: les français partisans du non ont bien compris que de toute façon leur avis comptait pour queue de chique. Qu'ils pouvaient manifester contre la révision constitutionnelle, signer des pétitions (120.000 signatures avaient d'ailleurs été recueillies), ils savaient bien qu'élus PS comme UMP les mépriseraient, et que, quand bien même un grand sursaut national aurait empêché la ratification du Traité de Lisbonne, d'autres méthodes auraient été employées, à commencer par le report de l'échéance, de nouveaux traités faisant passer par morceaux, etc...
 
Les nonistes savent également que le vote sanction contre le PS n'aura pas lieu, ou marginalement, car les français ne mélangent pas les élections. La construction européenne n'est qu'un sujet parmi d'autres, surtout au niveau municipal et cantonal, et les électeurs du Non ne sont pas des fanatiques, certainement pas plus que les enragés du Oui pour qui voter Non revenait à voter Hitler (car chacun sait que sans "l'Europe", retour à Verdun et à Auschwitz)... Les électeurs du Non de gauche savent également qu'à voter contre le PS ils ne font gagner que l'UMP et le MODEM, eux aussi pour le Oui.

Les français du Non savent qu'à ne prendre que des postures défensives (et le 29 Mai 2005 fut une victoire défensive seulement), on finit toujours par perdre. Les plus puissantes forteresses ont leurs failles. Il n'y aura de remise en cause des Traités européens, de la construction européenne, que si un mouvement politique, de gauche ou de droite radicale, porte cette remise en cause. Un grand parti de gauche anti-européen pourrait menacer le PS de lui faire perdre les élections s'il trahit le vote des français. Le PCF aurait pu être ce parti, il le peut peut-être encore. Il aurait pu gagner en importance grâce au Non, s'il avait mené campagne contre le PS aux présidentielles, au lieu de s'assoupir aux promesses Royalistes de ne pas remettre en cause les résultats du référendum de 2005. En tout cas, le parti dont nous avons besoin ne sera pas celui de Besancenot. Le fait que nous devions lutter contre la ligne européenne du PS ne signifie pas que nous devions refuser toute alliance avec certains de ses éléments ou avec le PS lui-même dans des enjeux locaux.

Pour finir, je ne peux qu'exprimer mon mépris des ouistes qui se réjouissent de l'acte misérable qu'ont commis les parlementaires. Si c'est cela le genre de victoires que les "européens convaincus" peuvent remporter, alors on en aurait presque de la peine pour eux. Nous n'avons pas fini d'encaisser les discours stupides, mensongers, incohérents et manipulateurs des ouistes, notamment sur ces deux points:

                -le vote du 29 Mai 2005 ne serait pas un vrai choix démocratique car les français auraient voté "pour des raisons de politique intérieure", "manipulés par la démagogie contre la Turquie ou le plombier". Discours odieux à plusieurs titres, car sur les mêmes arguments je peux également disqualifier la victoire de Sarkozy en Mai 2007 car il a également fait preuve de démagogie dans sa campagne, et on peut même disqualifier toutes les élections car les vaincus ont toujours des arguments pour expliquer que le vainqueur mentait et trompait le public! Odieux également, car les motifs de "politique intérieure" avaient toute leur place dans le débat sur "faut-il ou non transférer notre souveraineté aux institutions européennes?".Car répondre Oui, c'était effectivement dire à nos gouvernants qu'ils avaient raison de mal gérer le pays, puisque de toute façon nous considérions que c'était au niveau européen que devraient se décider un nombre croissant de nos politiques. Voter Non, c'était au contraire dire: nous vous tenons pour responsable de votre politique nationale, que ce soit sur la croissance, l'emploi, le niveau de vie, etc... et ce d'autant plus que votre politique est mauvaise, et nous ne vous laisserons pas déléguer vos responsabilités au niveau européen!

                 -ensuite l'élection de Sarkozy le 6 Mai 2007 permettrait d'annuler le vote de Mai 2005, car Sarkozy avait prévenu de ses intentions concernant la reprise du TCE... J'ai déjà répondu à ces idioties dans un autre article (
http://pourlecommunisme.over-blog.com/article-13539129.html ) mais répétons-le une fois pour toutes : l'élection présidentielle ne sert qu'à désigner la PERSONNE du (de la) Président(e) de la République, elle n'avalise en rien son PROGRAMME. Que Sarkozy soit élu ne valide aucune des mesures de son programme, qui doivent être débattues pendant le mandat. De même, pour prendre les européistes à leur piège, quand Chirac se faisait élire en 2002, il avait dans son programme la baisse de la TVA sur la restauration à 5.5%, chose qui ne pouvait être obtenue qu'avec l'accord -très improbable et non obtenu- des autres membres de l'UE! Juste histoire de rappeler que lorsqu'on élit un président, fut-ce à 82%, on ne valide pas du tout son programme pour autant. Et qu'ensuite, sur le modèle oui-iste, on peut parfaitement dire que l'élection de Sarkozy était, comme l'infâme vote Non du 29 Mai 2005, qu'un résultat de la démagogie et de la manipulation populiste. Parmi les 19 millions de français qui ont élu Sarko le 6 Mai, combien ont voté pour ses annonces sur les heures supplémentaires, la sécurité, l'impôt sur les successions, ou même la couleur de sa cravate?

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Cyril 19/03/2008 11:53

Bonjour,Je viens de passer sur votre site de réflexion sur le communisme qui est fort intéressant. Je fais parti d'un collectif de personnes animant un site de discussion et de construction collective sur ce que pourrait être un projet communiste et une pratique politique fondée sur ce projet.Voici comment nous orientons notre débat: http://portail-communiste.org/spip.php?article14Soyez le bienvenu si vous souhaitez débattre avec nous.De notre coté nous ne manquerons de vous rendre visiteFraternellement Cyril, pour Masses Critiques