Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Texte Libre

      Ce blog est lié au site www.pourlecommunisme.com, rédigé par un militant du PCF, dans le but de publier plus rapidement des positions et informations liées aux sujets du site. Il est également devenu un blog de suivi (discontinu) de l'actualité du PCF, de réactions à divers sujets n'ayant pas leur place sur le site.

     www.pourlecommunisme.com est un site qui s'attaque directement aux critiques faites contre le communisme (millions de morts imputés à l'idéal communiste, faillite économique, etc...). Il ne fait la promotion d'aucun régime existant ou ayant existé par le passé, s'efforce de comprendre les faits et de proposer des pistes pour l'avenir.

     Vous êtes anticommuniste et voulez débarasser le monde d'un jeune fou qui, selon vous, risque de faucher à nouveau des millions de vies?

Vous êtes stalino-maoïste (pardon : marxiste-léniniste-pensée-Mao-Zedong) et voulez écraser la vermine révisionniste que je suis?

Vous voulez simplement parler du communisme?

Alors ce blog est pour vous.

 

Communisme communiste révolution réforme capitalisme libéralisme argent entreprise impôt état France Europe URSS Chine USA Monde PCF NPA LCR LO UMP PS Modem élection Buffet Besancenot Laguiller Bové Marx

Rechercher

Archives

28 janvier 2008 1 28 /01 /janvier /2008 20:02

immigrants.jpgJe poste ici mes commentaires sur un autre blog, la Lettre Volée d'Edgar (http://lalettrevolee.net). Je n'ai pas recopié de propos d'Edgar, et je ne prétends nullement que les questions en gras soient représentatives de ses propos et opinions. J'ai écrit ces questions pour structurer l'article.

"Chacun peut raisonnablement penser que l'arrivée d'immigrants de pays pauvres sur le marché du travail français va faire baisser les salaires des travailleurs nationaux, et même que c'est un objectif à peine caché de la 'politique d'immigration', et plus encore de l'immigration 'choisie' de Sarkozy. Il est dommage que seule l'extrême-droite s'inquiète de ce problème"

Le lien entre salaires et immigration n'est pas soulevé que par l'extrême-droite, il est très discuté, et l'avis général est que l'immigration n'a qu'un effet marginal et sectoriel sur les salaires.

http://www.bernardgirard.com/salaires.pdf


http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2006/04/13/463-effets-economiques-de-l-immigration-seconde-partie-salaires-et-emploi 

On pourra noter que malgré les démentis que ces articles apportent à l'idée que l'immigration fait baisser, les salaires, on pourra trouver que l'article de Girard mentionne que la plupart des études parlent de 1 à 2% de baisse des salaires en cas de hausse de la population immigrée de 10%, mais que cela est aussi transitoire. Et il faut faire attention sur l'article de Girard: il y est dit que c'est l'augmentation de 10% de la POPULATION immigrée (et non du FLUX ANNUEL) qui peut générer 1 à 2% de baisse du salaire. Si l'on consulte les statistiques de l'INED sur les entrées d'immigrants en France, on pourrait croire que le seuil de 10%  de croissance du nombre annuel d'entrants est largement dépassé, mais ce n'est pas le cas de la population immigrée.

http://www.ined.fr/fr/pop_chiffres/france/immigres_etrangers/immigres_etrangers_1982/

On voit que la population immigrée en France a augmentée de 500.000 personnes entre 1999 et 2005, soit 12%. Pendant le même temps, les revenus des français -salaires compris- ont sans doute plus augmentés, inflation déduite, que de 2%. Mais ce qu'on remarque, c'est que la croissance de la population immigrée n'est pas aussi forte que si l'on cumule les flux d'entrée de chaque année 1999-2005 (soit plus de 900.000 entrants). Pourquoi cette différence:

-parce que certains immigrés repartent;
-mais surtout parce que certains meurent. Rappelons que le nombre d'immigrés en France était déjà de 4 millions en 1982, et de plus de 3.5 millions au début des années 70. Sachant que les immigrants de travail arrivent (tautotologie) pendant leur âge actif, mais aussi et surtout qu'ils ont une espérance de vie plus faible que celle des français (influencée par celle du pays d'origine, comme on remarque que les japonais migrant aux USA vivent plus longtemps que les américains de naissance), alors il est normal de voir chaque année la population immigrée croître moins que ne l'indique le flux d'entrants du fait des décès.

Normalement, la population immigrée n'est pas non plus réduite par les naturalisations (un immigré naturalisé est toujours un immigré). Elle n'est pas non plus augmentée par les naissances (un enfant d'immigré né en France n'est pas un immigré, et ses prétentions salariales futures ne seront sans doute pas celles de ses parents).

Il reste probable qu'un afflux massif de population immigrée de travail (quid des revendications salariales des immigrés arrivés en France enfants?) en un coup, exercerait sans doute une pression à la baisse de quelques pourcents sur les salaires. Ce n'est pas négligeable. Mais une telle "invasion" n'est pas le cas actuel. Mais si cela se produisait, j'espère (même si on en est loin) que la question serait traitée sous l'angle des intérêts des français et des peuples qui seraient soudain pris d'un besoin de fuir, pas seulement des premiers. 

"Si perte de revenus il y a, ce seront les nationaux les plus pauvres qui en pâtiront."

Ce n'est pas faux, mais ce jugement revient à oublier que l'ensemble du pays peut gagner à l'immigration. Ce ne sont pas les entreprises qui perdent 1 à 2% de leurs revenus, mais certains de leurs salariés. Et si l'on précise que c'est transitoire, c'est aussi parce que l'arrivée d'immigrants peut aussi à moyen et long terme générer un surcroît d'offre et de meilleurs revenus pour tous.

Ensuite, dans l'article d'Econoclaste, le(s) auteur(s) remarquaient que l'approche des effets de l'immigration uniquement sur le marché de l'emploi était fallacieuse. Car on oubliait que l'rrivée d'immigrants pouvaient aussi générer un surplus d'offre; ou que les éventuels gains de marge des employeurs dus à une baisse marginale -et sans doute limitée dans le temps- des salaires pouvait se répercuter par une hausse des investissements, puis des revenus et emplois. Cette dernière relation (hausse de la part des revenus du capital donc hausse de l'investissement) ne se vérifie pas toujours, notamment pour les années 90. Mais cette possibilité mêrite d'être prise en compte. Le lien hausse des revenus du capital/hausse des investissements productifs s'est vérifié dans les années 80 avec la rigueur (les investissements des entreprises non financières étaient tombés très bas auparavant), mais pas dans les années 90, où le taux d'autofinancement des ENF dépassait parfois les 100%.

Si des migrants sont apparemment susceptibles de prendre des emplois aux "nationaux", dans certains secteurs faut-il le préciser, c'est aussi parce que les immigrants ne sont pas représentatifs de la "masse" des habitants de leurs pays: ils sont aussi plus diplômés , formés et motivés que la plupart de leurs compatriotes. Ils sont donc de ce fait une minorité des leurs. En couplant cela avec le fait que les populations d'origine sont peu nombreuses (les Balkans n'ont pas une très haute densité de population, les pays d'Europe de l'Est vieillissent vite), on peut s'attendre à ce que nous ne soyons pas "submergés" bien longtemps. D'autant que l'émigration balkanique correspondait aussi à une situation de guerre, relativement calmée depuis.

"Oui, mais dans certains cas, ne faudrait-il pas interdire l'immigration de certains professionnels, par exemple les médecins africains qui, pour certains pays, sont plus nombreux en Europe qu'au pays?"

Pour ce qui est de l'argument des médecins mozambicains (ou béninois, ou autres), je pense que si l'on veut vraiment faire progresser les systèmes de santé africains, il ne faut surtout pas empêcher le départ des praticiens africains vers d'autres continents. Cela peut sembler paradoxal, mais non: le départ de ces médecins révèle surtout la faiblesse du système de santé local et l'impossibilité d'y exercer convenablement leur métier, pour eux et leurs patients. La France devrait largement reconvertir son aide sur les domaines éducatifs et sanitaires (l'efficacité de l'aide économique étant très discutée, jugée même négative par les économistes néoclassiques).  Mais l'efficacité de cette démarche ne pourra être observée que lorsque les médecins africains décideront d'eux-mêmes de rester en Afrique. Si on les oblige à rester en Afrique, alors on ne prouve rien. En effet, peut-on affirmer que le fait que les médecins nord-coréens n'émigrent pas est une preuve de l'excellence du système de soins de la RPDC?

"Il est normal de préférer nos travailleurs nationaux par rapport aux immigrés, non?"

Je voulais aussi rajouter une chose lue sur le blog de Libertés Réelles (http://libertesreelles.free.fr/): à supposer que l'entrée d'immigrants sur le sol français fasse perdre 2% de leurs salaires aux nationaux, refuser l'entrée de ces immigrants signifie...qu'on considère qu'un français vaut 50 étrangers, puisqu'on s'autorise à refouler des étrangers pour conserver 1/50ème du revenu des salariés français. C'est une vision un peu provocatrice des choses, partiellement inexacte (les immigrants n'auraient pas rien gagné s'ils étaient restés dans leur pays d'origine, mais nettement moins cependant). 

Je prévois que certains crieront au sophisme, et diront que la véritable solution est le développement et la croissance dans les pays d'accueil. Or c'est un mythe à court et moyen terme: le développement économique d'un pays pauvre ne réduit pas l'émigration, il la rend au contraire plus abordable (http://pourlecommunisme.over-blog.com/article-6457308.html et http://www.ined.fr/fichier/t_telechargement/5209/telechargement_fichier_fr_397.pdf ).

"L'arrivée des immigrants et l'hétérogénisation de notre société mèneront au démantèlement de notre protection sociale. Cet article d'Alesina (Harvard University, http://www.project-syndicate.org/commentary/1540/4) en témoigne" [Cet article prend appui sur le fait que les USA sont un pays hétérogène sur le plan ethnique, et n'ont pas développé de Sécurité Sociale élargie comme les pays européens, qui eux étaient ethniquement homogènes lorsqu'ils ont développé leur protection sociale. Selon Alesina, la diversification de la population européenne du fait de l'immigration va mener à la régression de nos systèmes sociaux.]

Je trouve l'article d'Alesina critiquable. Les USA étaient déjà au début de leur existence une nation ethniquement hétérogène. Rien ne prouve que des nations qui ont été relativement homogènes comme la France ou le Royaume-Uni au moment où elles créaient leurs systèmes de protection sociale (1945-1948) s'alignent sur le système américain, même partiellement, parce qu'ils deviennent ethniquement homogènes. Pour que l'argument d'Alesina soit valable, il faudrait avoir l'exemple d'un pays dont la protection sociale aurait été laminée du fait de cette diversification ethnique. L'exemple des USA n'est pas valable, car les USA n'ont jamais créé ce système de protection sociale, et ils ne sont jamais devenus hétérogènes, ils l'ont toujours été.

Quant à ce passage d'Alesina, il est des plus contestables:
"Avec l'arrivée de nouveaux immigrants d'Europe de l'Est et des pays pauvres, l'Europe continentale devient de plus en plus hétérogène sur le plan ethnique. Les partis xénophobes sont de mieux en mieux implantés en Europe et parfois ils ont accédé au moins partiellement au pouvoir. C'est le cas de Jörg Haider en Autriche, du parti de Pym Fortuyn aux Pays-Bas et dans une moindre mesure de la Ligue du Nord en Italie. Il ne faudra pas attendre longtemps pour que les très respectables partis conservateurs ajoutent à leur rhétorique l'argument des " étrangers qui viennent chez nous pour profiter de nos impôts ". "

Ce passage revient à dire: "la diminution de la protection sociale en arguant sur la diversité ethnique est inévitable, CAR il y a des gens qui veulent diminuer la protection sociale en arguant sur la diversité ethnique"! Ce qui est SOUHAITE par certains n'est pas pour autant INELUCTABLE, et encore moins rationnel.

Cette manière d'argumenter me fait franchement penser à notre ex-ministre de l'Intérieur, qui, en fin 2002, avait justifié une politique de l'immigration plus dure en disant "plus nous recevrons d'immigrés, plus le racisme augmentera"! Comme si le racisme était aussi "inéluctable" que la neige en hiver...Le plus grave était de voir que la politique d'un ministre d'un président élu contre Jean-Marie Le Pen était conditionnée...aux vues de LePen sur les immigrés.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by - dans Nation
commenter cet article

commentaires